Pourquoi nous faisons confiance aux Startups françaises ?

by in Non classé 7 décembre 2020

En 2020, on compte plus de 10 000 start-ups en France avec une augmentation annuelle de 20%. Accompagnées ou non, elles sont à l’heure d’aujourd’hui un véritable moteur de l’économie et de l’hyper digitalisation de la France. 

Grâce au label de certification French Tech, les startups sont accompagnées pour bâtir un avenir durable dans le secteur des nouvelles technologies. 

Le label devient un véritable levier de la création d’emplois en France. On prévoit la création de 400 000 emplois d’ici 2022. 

Parmi ces start-ups, nous comptons un tas de licornes (startups rapportant plus d’un milliard de dollars) notamment Blablacar qui a cartonné dès le lancement de sa boîte, Deezer qui a permis aux adeptes d’écouter de la musique partout à tout moment ou encore Doctolib, plateforme de rendez-vous médicaux en ligne qui ne cesse de voir ses ventes augmenter depuis le début de la pandémie. 

Ces startups-là ont dégagé un besoin que tout le monde rencontre : l’envie de se déplacer à bas prix, le souhait d’écouter de la musique illimitée, ne plus être contraint de se déplacer lorsque l’on est malade. C’est ça la réussite, rechercher un problème quotidien que tout le monde rencontre et en trouver la solution ! 

Par ailleurs, les levées de fonds des startups ne cessent d’augmenter ! En 2017, elles ont levé 3,2 milliards de dollars ! Pour cause ? Leur modèle économique est de plus en plus scalable et répétable. Ainsi, les investisseurs sont plus confiants à les aider financièrement pour leur donner leur chance, et peut-être même, participer à leur réussite.

Concernant la COVID-19, comment les startups françaises ont réagi ?

Nous le savons tous, la crise sanitaire qui dure maintenant depuis un an a provoqué pas mal de tensions dans le business…

Beaucoup d’entreprises ont du mal à se relever et même pire, sont contraintes de mettre la clé sous la porte… Mais pour les start-ups, la donne n’est pas toujours la même ! Pour un grand nombre de start-up françaises, la COVID-19 est une réelle opportunité pour accélérer leur business. Le digital et l’agilité sont aujourd’hui au cœur de tous les besoins des consommateurs et ne cesseront d’évoluer positivement.

Face à la crise sanitaire, les startups ont su adapter leur approche en devenant de plus en plus innovantes et digitales. 

Lesquelles sont encore plus déterminées que jamais à franchir le prochain stade de leur réussite ? 

Nous pouvons citer Swile, startup proposant des cartes de titres-restaurants et cadeaux aux entreprises: Plus rapide, plus sécurisé et plus avantageux pour les salariés. Dans cette liste nous trouvons aussi Alan, startup proposant une complémentaire santé 100% en ligne: Plus facile, plus rapide et des garanties plus adaptées et transparentes. Enfin, Doctolib, que nous avons cité ci-dessus. 

Pourquoi devons-nous faire confiance aux startups ?

  • Elles savent faire preuve de méthodologie, d’organisation, d’analyse, de curiosité et de créativité. En effet, les startups sont connues pour être les plus inventives du business ! Et pour cause ? Une détermination accrue.

  • Elles sont patientes, modestes et ont des process : Les start-ups remplissant ces critères réussissent à coup sûr, grâce à leur anticipation et leur recul.
  • Elles connaissent parfaitement le monde de l’entreprise : Et oui, il n’y a pas que les grands groupes qui en savent long sur le business !
     
  • Elles savent répondre mieux que quiconque aux attentes et aux nouveaux besoins des consommateurs.

  • Et enfin, elles sont jeunes : Qui dit jeune, dit dépassement de soi et donc atteinte des objectifs fixés (voir plus). 

Bref, vous l’aurez compris, les startups ont tout pour réussir. 

Changeons notre vision du business !

Ce qui définit parfaitement une startup, c’est la solution à un problème nouveau. 

Ne préférons-nous pas une jeune entreprise avec des solutions solides et nouvelles répondant à un problème qui touche un grand nombre de la population plutôt qu’une entreprise travaillant avec des savoir-faire ancestraux et répondant à un besoin obsolète ? 

Comme disait Thibault Chevalier, “S’il n’y a pas de problème, il n’y a pas de solution et donc pas d’opportunité pour une entreprise d’exister. Personne ne vous paiera pour un problème qui n’existe pas”.

Même si le pourcentage de faillite des start-ups reste un facteur décisionnel pour les investisseurs, le monde évolue, les stratégies solides également. 

C’est la raison pour laquelle nous devons croire en ces startups, qui débordent d’optimisme, de persévérance et de dynamisme pour construire ensemble, un avenir hyper digitalisé.